Varanasi ou la folie Hindoue

Namaste !

Après notre épopée au Rajasthan en passant par Agra, nous voici à Varanasi, ville sainte de l’hindouisme (équivalent du vatican pour les cathos et de la Mecque pour les Musulmans) où 60000 personnes par jour viennent se purifier dans le Gange ou y mourir par incinération sur bucher. 
Revenons quelques heures en arrière où nous nous faisons gentiment arnaquer par notre chauffeur qui nous réclame plus de pourboire, oui oui vous vous en souvenez vous aussi ! A cela s’ajoute la « désagréabilité" du personnel de l’aéroport, Myriam qui doit vider TOUT son sac car les guignols de soldats indiens ont soit disant vu un briquet. Il s’agira en fait du petit tracteur qui nous suit partout ! (les photos de ce tracteur apparaissent sur Facebook !) Et là c’est la petite goutte d’eau qui fait déborder le tonneau !! En mangeant, nous nous disons que, finalement, peut-être, il serait plus sage de quitter l’Inde et de partir directement en Thaïlande! Nous savons que l’Inde du sud est très différente mais notre barillet est vide, nous avons usé toutes nos cartouches ! C’est en effet très compliqué de faire ce voyage sans préparation à l’avance.. La simple idée de devoir affronter la gare de Varanasi, trouver LE guichet qui vend des vrais tickets, parmi les 10000 qui sont faux, le tout avec nos sacs et en plus pour faire 38h de train…. POUAAAAH, non merci !! Nous décidons alors d’attendre d’être arrivé dans la guesthouse de Varanasi pour étudier les options avec internet et prendre une décision, on est Vendredi soir…
L’arrivée à Varanasi !! nous pensions avoir vu le pire à Delhi, il n’en est rien!! ici il est impossible de marcher et surtout, c’est la seule ville où même le guide du routard dit : «il est obligé de se perdre ici, vous devrez demander votre chemin » après avoir passé 1h en taxi depuis l’aéroport, failli tuer 50 personnes et mourir 10 fois, nous arrivons, pas encore sorti que déjà une dizaine de personnes veulent nous emmener on ne sait pas où, il y a du monde partout c’est la FOLIE FURIEUSE, incroyable! il faut le faire pour y croire (sans être chargé c’est mieux!). Nous décidons de suivre un gars, 30min de marche plus tard, une négociation de contrepartie, et un bon coup de stress dans les petites ruelles, nous voilà à l’auberge, très sympa comme annoncé sur le site de réservation, en plus nous sommes très bien situés.
Nous nous connectons à internet, un vol Varanasi - Bangkok est disponible Lundi 24 pour 80€ par personne ! la réponse apparait d’elle-même, nous quittons l’Inde Lundi (d’ailleurs au moment d’écrire ce message, nous sommes à l’aéroport de Calcutta en train d’attendre notre avion pour Bangkok). Nous nous sentons comme soulagés !
Revenons à cette ville incroyable qu’est Varanasi, le premier jour nous allons nous promener sur les berges appelées Ghats. il s’agit d’escaliers existants depuis plusieurs siècles qui descendent directement dans le Gange, toute la journée et en particulier le matin vers 6h, les Hindous viennent se purifier, c’est à dire qu’ils se « lavent » selon un protocole « précis » (à l’indienne) et boivent une gorgée de ce fleuve (qui compte parmi les plus pollués du monde, à côté la Seine semble être un petit ruisseau d’eau de haute montagne!). Nous continuons plus loin pour arriver à l’endroit où depuis des milliers d’années, les hindous viennent mourir et se faire bruler sur un bucher face au Gange. Le sentiment que nous avons à ce moment est des plus bizarres. A la fois nous voyons à quelques mètres de nous des corps humains morts en train de brûler (la peau fond et se calcine) c’est quand même d’une grande violence..., MAIS l’organisation tout autour de cela fait que nous n’arrivons pas à ressentir le côté mystique de la chose, ni le côté grave. Des vaches mangent les fleurs données en offrande, des chiens essayent de bouffer un bout de bonhomme avant de se faire chasser, une queue de corps morts accompagnés de leur famille attend qu’un bûcher se libère. Nous voyons même des gens rigoler, des gens soulever un corps et le faire tomber dans la terre, ils font cela dans une véritable déchetterie où odeur de pisse, merde, déchets, barbecue (plutôt chipolata d’ailleurs), épices, cendres se mélangent. C’est tout ça qui est censé envoyer leurs âmes dans la Moshka et stopper le cycle des réincarnations. 
(pour l’hindou, la vie sur terre n’est qu’enfer, un proverbe dit qu’il ne sert à rien donc d’y construire sa maison car ce n’est qu’une passerelle vers la Moshka, paradis Hindou. c’est peut-être d’ailleurs pour cette raison que leurs standards environnementaux sont légèrement différents des nôtres !! La réincarnation est donc un cycle infernal car elle oblige à rester vivre dans cet enfer qu’est notre belle planète Terre)
Nous sommes retournés voir ce spectacle de nuit car c’est un peu plus mystique, il est plus facile de se mettre dans l’ambiance. Mais attention, il est interdit de prendre des photos pour respecter le défunt (c’est bien normal mais en fait c’est un business pour touristes car les Indiens le font impunément)
Un autre spectacle auquel nous avons assisté est la Puja, une danse effectuée par des brahmanes (prêtres membres de la caste supérieure en Inde). Ils sont en ligne face au Gange sur des plateformes en bois et font une chorégraphie en manipulant des chandeliers en forme de cobra royale, des batons d’encens, des fleurs, etc… le tout en feu ! Ces Brahmanes sont choisis parmi les plus beaux gosses. La cérémonie sonne comme un show touristique, des milliers de personnes affluent autour des plateformes, plusieurs centaines d’autres s’entassent dans des barques placées face au spectacle. Et heureusement qu’il y a les chants sacrés qui nous transportent sinon nous serions restés totalement extérieurs à tout cela. Il pleut ce soir là par averse et certains indiens de la foule sont choisis pour tirer une ficelle qui fait sonner des cloches. Evidemment ils se disputent tous et lorsque l’averse vient, ils vont tous s’abriter et lâchent tout…. 
La ville n’est en fait que ghats et marchés avec des ruelles et des vendeurs de (fausse) soie qui se multiplient, des tuck-tuck à perte de vue et du bois (pour les corps) Les vaches y sont en grand nombre et sous toutes formes (grandes, petites, pleines, avec ou sans cornes, difformes)…. La saleté, les bouses, l’encens, le sucré, les crachats, les parfums…. tout cela contribue à faire une ville hors norme et même indescriptible. Nous avons l’impression que la religion n’est nulle part ailleurs aussi importante et surtout puissante. Cette ville rend fou; nous croisons (à plusieurs reprises) à ce propos 3 allumés violents qui ont du devenir fou en restant trop longtemps près des ghats… même les chiens les chassent. En fait lorsque les mourants apportés à Varanasi survivent…. malheur à eux, cela signifie que Vishnou ou shiva ne veulent pas d’eux! 
Nous croisons sur les quais un prêtre ascète qui accepte de se faire prendre en photo, il a un regard et un sourire tellement doux que cela nous réconcilie un peu avec l’hindouisme et cela demeure notre meilleur souvenir.
Nous repartons de cette ville (en taxi, dans un bordel toujours incroyable, 1 heure à un croisement) en ayant l’impression d’avoir terminé un cycle, une boucle et observé une bonne partie de l’histoire et de la culture de l’Inde du nord. Nous laissons un peu de nous même dans le Gange et nous allons vers la Thaïlande ( en passant par l’aéroport de Calcutta) soulagés !
En espérant que Bangkok soit plus accueillante malgré les émeutes….. Au pire, direction les hotels de luxe posés sur l’eau turquoise !! ;-)) (avec une bonne bière belge)
Un Brahmane
Moine ascete
libations
le gange avec touristes

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×